Inverser l’hypertension, facteur n°1 de mortalité

Durée de lecture : 10 minutes

 

« Toute maladie qui peut être soignée par l’alimentation uniquement, doit l’être uniquement par l’alimentation » – Maimonides

Prévenir, soigner et inverser les maladies chroniques

D’après l’OMS, les maladies chroniques sont des affections de longue durée qui en règle générale, évoluent lentement. Elles sont responsables de 63% des décès d’humains sur la planète.

Pour traiter les maladies chroniques, je vais aborder pour commencer la maladie qui tue le plus d’êtres humains et finir par celle qui en tuent ‘le moins’. La maladie la plus mortelle est donc :

L’hypertension. C’est le facteur de maladie qui tue le plus de gens sur Terre. Par an, l’hypertension est responsable de 9,8 millions de morts, soit l’équivalent d’une ville comme Paris rasée tous les ans ! L’hypertension entraîne la mort par maladies chroniques, d’1 personne sur 4 !

C’est aussi une maladie qui me tient à cœur car mon père en a souffert et a été sous médication pendant 4 ans avec une tension de 180/190 systolique et 110/120 diastolique, avant de changer d’alimentation et d’être forcé par son bon état de santé d’arrêter de prendre ses médicaments grâce à une tension de 120/130 systolique et 70/80 diastolique !

Si vous n’avez que 12 éléments à retenir de cet article, voici ce qu’il vous faut savoir et qui sera développé ci-dessous et dans la playlist vidéo en fin d’article :

  • Quelques éléments pour mieux comprendre l’hypertension :
    • C’est une maladie qui peut être inversée  par l’alimentation !
    • Une pression systolique au dessus de 115 est l’élément le plus déterminant de mortalité dans notre monde
    • Les personnes avec une alimentation végétale ont 45% de risques d’hypertension en moins que les végétariens et 75% de moins que les personnes avec une alimentation omnivore.
    • Manger végétal est 3 fois plus efficace pour faire baisser la tension que de faire presque 2 marathons par semaine pendant 21 ans !
  • Les aliments à éliminer :
    • Les chairs animales (poisson et viandes carnées)
    • Les produits laitiers (lait, beurre, fromages, yaourts) et les œufs
  • Les aliments à réduire : 
    • Les huiles végétales (dont l’huile d’olive et de colza)
    • Le sel
  • Les aliments à ajouter et incorporer plusieurs fois par semaine :
    • Les graines de lin (broyées)
    • Les aliments riches en azote (céleris, fenouils, poireaux, laitue, roquettes, épinards, choux, baies dont myrtilles)
    • Les aliments riches en potassium (lentilles, haricots secs, fruits séchés, abricots, oléagineux [amandes, noix, légumes à feuilles vertes [épinards, choux, laitue], pommes de terre, bananes, …)
    • Les produits complets et peu transformés (céréales complètes, légumineuses, …)

I. Comprendre l’hypertension et les risques liés

Est considéré comme en hypertension artérielle une personne ayant des chiffres tensionnels égaux ou supérieurs à 140 mmHg pour la pression systolique (PAS) et 90 mmHg pour la pression diastolique (PAD). Pour comprendre le phénomène induit par ces chiffres, le premier correspond à la pression du sang au moment où le cœur se contracte (systole) et propulse le sang dans les artères et vers les poumons à partir de l’aorte et de l’artère pulmonaire. Le second chiffre correspond à la pression du sang au moment où les cavités ventriculaires se dilatent (diastole) pour recevoir le sang arrivant dans les oreillettes par les veines caves et les veines pulmonaires. L’hypertension touche plus de 40% des adultes de plus de 25 ans dans le monde et plus de 2/3 des personnes de plus de 65 ans.

De plus, en France, seul une personne sur deux présentant une pression artérielle élevée est au courant de son hypertension.

Ce facteur de risque est souligné dans de nombreuses études, et notamment dans une étude randomisée en double aveugle avec contrôle par placebo. Est démontré qu’une pression systolique « au dessus de 115 est sans doute l’élément le plus déterminant de mortalité dans notre monde aujourd’hui. »

Il nous arrive d’entendre dire que la pression artérielle est un phénomène inévitable du vieillissement de l’humain. Que c’est naturel d’avoir une pression sanguine qui s’accroît. Cependant, il est démontré depuis les années 1920 que la pression artérielle n’augmente que chez certaines populations. L’hypertension des populations rurales kényanes, dont la majorité de l’alimentation était centrée sur des végétaux bruts n’augmentait pas avec l’âge… Au contraire, elle diminuait !

La pression artérielle idéale pour l’humain, celle dont aucun bénéfice supplémentaire ne peut être obtenu ou mesuré par une baisse additionnelle de la pression, est une pression de 110 (systolique) – 70 (diastolique).

Les risques liés à l’hypertension sont multiples et sont liés aux artères et vaisseaux sanguins les plus fréquemment touchés :

→ Le point commun de toutes ces maladies : l’athérosclérose qui se forme par le dépôt d’une plaque essentiellement composée de lipides (qualifié d’athérome) sur la paroi des artères.

C’est bien de savoir tout ça, cependant il faut aussi savoir ce qu’il faut changer pour prévenir, guérir et même inverser l’hypertension !

 

II. Les aliments à éliminer et à réduire

Comment peut-on être si certain que c’est l’alimentation qui joue ce rôle clé ? En effet, peut être est-ce lié au fait que nous occidentaux sommes soumis à des quantités de stress plus importantes ? Ce n’est pas le cas, avec cette étude (et bien d’autres citées plus loin) qui vient confirmer que c’est lié à l’alimentation. En effet les seules personnes occidentales qui arrivaient à maintenir leur pression aussi bas que les kényans étaient… les végétaliens ! Les végétaliens avaient d’ailleurs 45% de risques d’hypertension en moins que les végétariens et 75% de moins que les personnes avec une alimentation omnivore.

Cependant, une alimentation végétale n’est pas le seul facteur qui contribue à faire baisser la pression artérielle. En effet, une alimentation pauvre en sel (des niveaux déterminables comme normaux pour l’espèce humaine) permettent de faire descendre la tension à des niveaux normaux. C’est le cas du peuple indien Yanomamo dont la consommation de sel est inexistante. Et le taux d’hypertension ? Ou de crise cardiaque ? 0. ZERO !

Dans cette étude randomisée en double aveugle avec contrôle par placebo, un placebo était donné aux participants pendant 4 semaines. Le placebo est échangé au bout de 4 semaines par pilules de sodium à diffusion lente pour 4 semaines également. On suit l’evolution de la tension en l’espace de quelques semaines, qui baisse lors de la consommation du placebo et qui remonte dès la prise du sodium en capsule. Même l’effet une dose normale de sel sur un seul repas peut être mesuré sur la pression artérielle !

« Avoir une consommation ‘normale’
de sel vous poussera vers une pression artérielle ‘normale’
qui nous aidera à mourir de toutes les causes ‘normales’,
comme les crises cardiaques et les AVC.
 » – Docteur Gregor, MD

Pour finir, Dr Kempner l’a également prouvé grâce à une alimentation basée uniquement sur la consommation de riz blanc et de fruits, et ce, tout en maintenant la consommation de calories à 2 000 kilo-calories par jour, pour s’assurer du maintien du poids du patient. L’absorption de graisse est de moins de 5 grammes, de protéines de moins de 20 grammes et de sodium de moins de 150 mg. Le changement en hypertension chez des personnes au bord de la mort est tel qu’il ne peut être décrit correctement que par le graphique représentatif d’un patient, ci-dessous :

Ces résultats sont obtenus avec un maintien des calories et surtout avec une suppression quasiment totale du sel et des graisses de l’alimentation.

Pour conclure cette partie, une étude clinique comparant 3 groupes de personnes avec des modes de vie différents – un groupe vegan avec un apport calorique (2 000 kilo-calories) et protéique faible, un groupe de personnes avec une alimentation occidentale standard courant quasiment 2 marathons par semaine pendant une moyenne de 21 ans et un groupe de personnes sédentaires avec une alimentation occidentale standard – a cherché à savoir quel groupe avait la pression la plus basse. Les 3 groupes étaient en très bonne santé et aucun des participants ne souffraient d’obésité. De plus, aucune des personnes du groupe vegan ne prenait de supplément alors que c’était le cas de nombre des personnes dans le groupe des coureurs et dans le groupe des sédentaires (allant d’un cocktail multi-vitaminés, d’antioxidants, de sélénium ou de folate ou l’ensemble combiné).

L’étude conclue qu’une alimentation vegan sans produit transformé est 3 fois plus efficace à réduire la pression sanguine que de courir 2 marathons par semaine pendant 21 ans.

Cependant, la tension n’est pas seulement affectée par ce que l’on retire de notre alimentation quotidienne, elle peut aussi être affectée par les aliments que l’on rajoute !

 

III. Les aliments à favoriser et à incorporer

L’action la plus simple à mettre en place est sans doute la consommation de céréales complètes (riz bruns, pâtes et farine complètes, …). Cette étude randomisée en contrôle clinique montre que la consommation de 3 portions de céréales complètes par jour entraîne une baisse de la tension de 5 à 6 points en pression artérielle systolique, soit la même baisse médiane que lors de 27 autres essais pharmacologiques avec des médications pour faire diminuer la tension. Une diminution de ce type permet une réduction du risque de crise cardiaque et d’AVC de 15 et 25%, respectivement.

5 points c’est bien. Hors, il est possible d’obtenir 3 fois ces résultats grâce aux seules graines de lin ! C’est l’aliment dont les résultats paressent les plus surréalistes. En étude clinique en double aveugle avec contrôle par placebo, lorsque la pression artérielle systolique est supérieure à 150, la seule prise de 2 cuillères à soupe de graine de lin broyées par jour permet de faire baisser la tension par 8 points en 1 mois et 15 points en 6 mois, sans autre changement dans l’alimentation.

Même étude, sauf que là, la pression artérielle est comprise entre 140 et 150. La même consommation de 2 cuillères à soupe de graines de lin broyées permet une baisse de 10 points en moyenne, soit une baisse du risque de survenance d’AVC de 46% et de maladies coronarienne par 29% !

Cette étude démontre une efficacité 2 à 3 fois supérieure des graines de lin comparativement à l’efficacité de nombreuses médications, et ce sans avoir les effets secondaires de certains de ces médicaments (réactions allergiques, constipation, troubles érectiles, insomnies, dépression, problèmes de vue, douleurs aux yeux, problèmes respiratoires, augmentation de la transpiration, douleurs au torse, hypotension, … et une bonne vingtaine d’autres effets).

Il est important également de manger des aliments riches en azote. Dans cette étude, le seul fait d’échanger la consommation de légumes pauvres en azote (carottes, concombres, haricots verts, oignons, tomates) à des légumes riches en azote (céleris, fenouils, poireaux, laitue, roquettes, épinards, choux) permettaient de faire baisser la tension de 4 points en une semaine seulement ! Et plus la tension est élevée, et plus la baisse est importante.

Une autre étude clinique en double aveugle avec contrôle par placebo a montré que la consommation d’un verre par jour de jus de betterave diminuait par 7 points en moyenne la tension des sujets hypertensifs de l’étude par rapport à un placebo à la betterave.

De plus, la consommation d’aliments riches en nitrates permet d’augmenter la capacité d’oxygène absorbée par les cellules du corps. Les aliments riches en nitrates permettent également une meilleure dilatation des vaisseaux sanguins.

 Les baies aussi sont riches en azote, plus particulièrement les myrtilles ici testées en étude clinique randomisée en double aveugle avec contrôle par placebo. permettaient une baisse de 7 points en pression artérielle systolique et de 5 points en pression artérielle diastolique pour des individus sans hypertension en l’espace de 8 semaines. La consommation ? 150 g par jour. Les baies en général sont bénéfique pour la santé artérielle et l’ajout ne présente aucun risque pour la santé.

La consommation d’aliments riches en potassium (lentilles, haricots secs, fruits séchés, abricots, oléagineux [amandes, noix, légumes à feuilles vertes [épinards, choux, laitue], pommes de terre, bananes, …) joue également un rôle important car il permet d’augmenter la quantité d’azote relâchée dans notre corps tout en rendant notre système vasculaire plus flexible.

D’autres aliments moins courants permettent aussi de faire baisser la tension, notamment la consommation de 6 g de wakame (un type d’algues) qui permettent une baisse de la tension de 13 points lorsque la pression systolique est inférieure à 130 et de 14,5 points quand la pression est supérieure à 130.

Et parfois le problème n’est pas la disponibilité de l’ingrédient, mais la quantité à consommer quotidiennement. C’est le cas pour cette étude randomisée en double aveugle sur l’effet du lait de soja comparativement au lait de vache. Le lait de soja permettait une baisse jusqu’à 18 points en systolique 16 points en diastolique ! Cependant pour atteindre ces résultats là, il fallait consommer 2 fois 500 mL de lait de soja par jour, soit un 1 litre, ce qui n’est pas toujours chose aisée.

Il en ressort tout de même que la consommation de produits à base de soja permet de faire baisser significativement la tension !

Pour finir, la consommation d’infusion et de tisane peut également faire baisser la tension. C’est notamment le cas avec le thé d’hibiscus dans cette étude randomisée en double aveugle avec contrôle par placebo qui vient démontrer l’effet de la consommation de 3 tasses (720 mL) de thé d’hibiscus bio dans des proportions similaires au sachet achetable dans le commerce. La baisse de la tension s’est révélée significative, avec 7 points de baisse de pression systolique et 5 points de baisse pour la pression diastolique.

La levure de bière est un autre aliment facile à incorporer qui permet de faire baisser la tension. Dans cette étude randomisée en double aveugle avec contrôle par placebo, une demi cuillère à café par jour de levure permettait de réduire de 3 points la pression artérielle systolique et de 6,5 la pression artérielle diastolique.

 

Il existe de nombreuses études faisant référence à la pression artérielle et il existe de nombreux aliments qui n’ont pas été testés. Les éléments rassemblés ici sont donc des pistes concrètes pour commencer ou continuer à améliorer sa santé quotidienne et celle des personnes qui nous entourent.

Éliminer les produits animaux, réduire les huiles et le sel tout en incorporant de nouveaux aliments, dont les effets sont reconnus cliniquement, est donc essentiel pour être en excellente santé !

L’hypertension est donc un choix (conscient ou non, c’est un choix) qui peut être totalement inversé en l’espace de quelques mois. Les conséquences de l’hypertension sont donc également un choix qui implique des risques aussi bénins que des pertes de mémoire jusqu’à l’AVC, la crise cardiaque et leur résultante : la mort.

 

Voici une liste de lecture de vidéos du Docteur Michael Gregor au sujet de l’hypertension.
Bon visionnage !

 

Le meilleur choix pour votre santé est également le meilleur choix pour les animaux, animaux qui ne seront pas mis au monde pour être tués et consommés par nous et qui permet dans le même temps une réduction de l’empreinte environnementale que nous avons sur notre belle planète.

Joachim