Mon rêve et ma vision d’un monde ‘presque’ vegan

 

Durée de lecture : 12 minutes

Les * indiquent des chiffres, qui sont acceptés comme factuel en février 2018.

Les + indiquent les chiffres que j’avance seulement pour présenter cette vision du monde 😊

 

Nous sommes le 4 février 2021.

Tout a commencé par une prise de conscience. Suite au militantisme accru d’activistes, à leurs interventions sur les réseaux sociaux, sur les média traditionnels et dans la rue, un grand nombre de personnes prend conscience du sort réservé à tous les animaux. Plusieurs études indiquent également qu’il existe une solution simple pour inverser le réchauffement climatique : cesser l’élevage et l’exploitation animale.

Les consommateurs, désormais informés, changent rapidement leurs habitudes alimentaires. Ça commence par les chaines de magasin qui proposent de nouveaux produits, des similis viande pour ceux qui hésiteraient encore à franchir complètement le pas. Pour les autres, la décision est prise : le véganisme est désormais le mot d’ordre. Et ce n’est pas sans conséquence :

C’est en 2019, que l’on apprend le recul de la déforestation de la forêt amazonienne. La déforestation a cessé depuis la 1ère fois en 50 ans ! Et il est estimé qu’à cette vitesse la forêt pourrait bien avoir récupéré les 11%* de surface déforestée dans les 25 années qui viennent ! L’Europe voit également ses forêts croitre : Pas moins de 25%+ de forêt en plus sur tout le continent ! C’est le cas notamment de la France dont près de 50%* du territoire était recouvert de surface agricole. Ces surfaces disparaissent doucement au profit de forêt, dont la proportion bondit de 33%* en 2017 à près de 60%+ aujourd’hui. De nouveaux territoires sont classés parcs nationaux et trésors de la nation et de nombreuses parcelles agricoles sont réaménagées pour permettre le retour d’espèces animales et végétales proche de l’extinction.

Les agriculteurs, soutenus par des collectifs d’habitants engagent leur reconversion. Ils décident de commencer à utiliser les jachères, sols riches et non pollués depuis des décennies pour se lancer dans la permaculture. En 2017, il n’y avait que 5 000 km²* de jachères… Or la surface totale nécessaire pour nourrir la population française grâce à la permaculture est inférieure à 3 000 km²+ ! Les producteurs d’oléagineux entament leur transition vers le bio également. Les animaux d’élevage qui n’avaient pas encore été tués ont été épargnés et les exploitations agricoles en question transformées en sanctuaire pour que les français puissent aller voir les animaux qu’ils ont sauvés ! Les français ont désormais la possibilité de se rendre sur les anciennes fermes pour câliner ces animaux (pour ceux qui le veulent bien).

Les employés d’abattoirs sont également soulagés et les cas de trouble de stress post traumatique appartiennent désormais au passé ! Ils ont d’ailleurs obtenu une reconversion et informent les enfants sur ce à quoi le monde ressemblait il y a tout juste quelques années.

Ce mouvement permet également de préserver et de diminuer notre consommation en eau. Alors qu’en 2017 plus de 70%* de l’eau étaient absorbé par l’agriculture en France et 90%* aux USA, la part n’est plus que de respectivement 3%+ et 7%+. Le stress hydrique et les restrictions sont du passé ! Les nappes phréatiques se regorgent doucement et les réservoirs naturels également. Des lacs réapparaissent et des cours d’eau renaissent !

L’absence d’élevage entraine également une absence de pollution des sols au nitrates. Ces mêmes nitrates qui créent des zones mortes dans les océans. Ces zones mortes (absence de vie suite à une pollution agricole ou chimique), qui sont dû à une absence d’oxygène, d’où leur nom, étaient au nombre de 250* en 2008, dont l’une d’entre elles qui faisaient presque la taille de l’Irlande (70 000 km²*). Aujourd’hui, en 2021, il n’en reste que 2 !

La plupart des pêcheries ont d’ailleurs commencé à se régénérer et les populations de poissons sont en train de croitre à nouveau ! Les pêcheurs ont d’ailleurs trouvé une reconversion d’utilité publique : ils sont payé avec l’argent destiné à la PAC pour pêcher et récupérer tous les déchets présents dans nos océans, dont la plus grande zone fait l’équivalent de 1,5* fois la France !! Les 200* kilos de déchets plastiques qui allaient dans les océans chaque seconde ont également été réduit à 50 kilos+ et la plupart de ces déchets sont désormais repêché dans les estuaires. Une solution est encore en phase de recherche pour récupérer les déchets qui ont coulé, soit près de 2/3* des déchets !

Les agriculteurs, qui se sont regroupés en collectif commencent à percevoir un réel revenu, comme c’était le cas avant eux, des producteurs bio. La situation professionnelle, suite à la baisse drastique du nombre d’heures travaillés (et d’autres circonstances) met fin aux suicides, qui étaient, par leur nombre, devenu un fait divers en France. Ces mêmes collectifs se rapprochent des villes et permettent aux français d’aller voir d’où vient leur nourriture.

Ce mouvement d’empathie pour les animaux entraine un élan de compassion envers les plus démunis : 1 million de réfugiés sont accueillis en France et protégé de la guerre, des exactions et des passeurs, mais également retirés de toute traite esclavagiste ! Certaines de ces personnes souhaitant s’intégrer, elles s’engagent dans l’agriculture démécanisée, une agriculture qui redonne toute sa place à l’humain. C’est grâce à ces nouvelles méthodes également que l’entreprise Monsanto cesse définitivement la vente du Roundup, et se met à proposer une grande diversité de graine, mais aussi des produits biologiques (l’entreprise a beaucoup souffert du changement, perdant près d’un tiers+ de son chiffre d’affaire).

Mais ce mouvement de compassion n’est pas seulement suivi par un certain nombre de personnes, il est suivi par la grande majorité des français ! Les réserves de produits comestibles étant extrêmement abondantes, et comme elles ne sont plus données à des animaux, elles sont apportées par les militaires français dans les zones du monde qui le requiert le plus. Les militaires français (et les militaires de la nouvelle coalition européenne) s’engagent dans de nombreuses zones du globe toujours autant touchées par le changement climatique. Les vivres ne manquent plus !

Cependant les opérations militaires ont un coût. Heureusement, la fin de la consommation de produits animaux à travers toute l’Europe a permis d’économiser près de 92%+ des dépenses liées à la santé, soit l’équivalent, en France uniquement de (accrochez-vous !) 183* milliards d’euros, oui, l’équivalent de 8,5%* de notre PIB qui n’a pas été dépensé ! Une grande partie de cet argent a permis l’extraordinaire solidarité de l’Europe à travers le monde, mais permet également de résorber les déficits rapidement.

Dans la foulée de ces changements, les industries pharmaceutiques se tournent à nouveau vers la recherche et cessent les campagnes marketing à excès. Les médecins sont également formés à l’alimentation végétale et à comment prévenir les maladies par la nutrition, non plus soigner par la médication.

S’en suit également, une baisse des maladies respiratoires ! Suite à l’augmentation du nombre de forêts, la pollution des villes est mieux absorbée. Cela entraine une amélioration du train de vie et permet (en parallèle de tous les bénéfices santé) de faire une transition de la voiture au vélo. En effet, comme les français sont en meilleur santé grâce à l’adoption d’une alimentation 100% végétale (moins d’inflammations, de problèmes de respirations, de diabètes, de risque d’AVC, d’hypertension, de cancers, d’alzheimer et j’en passe), ils décident de se déplacer à vélo massivement . Ce choix entraine encore une amélioration de l’air, ce qui permet à tous les individus de la société de vivre dans des conditions optimales.

Comme ce mouvement de compassion est suivi par un grand nombre de personnes, les actes de violences, les incivilités, les viols et les meurtres diminuent de près de 90%+ ! Et depuis le début de cette année 2021, aucune femme n’est morte sous les coups de son conjoint !

Ce mouvement de compassion entraine aussi une baisse des moqueries à l’école et entraine une baisse des suicides de 95%+ chez les moins de 18 ans (7%* des suicides). Des enseignements basés sur la compassion sont prodigués et des cours de nutrition et de cuisine sont enseignés à partir de 10 ans !

Et cette amélioration de la santé entraine surtout une baisse de près de 80%+ des suicides des plus de 75 ans qui représentaient alors 40%* des suicides. L’amélioration de la santé, le recul des maladies dégénératives et la disparation des inflammations permet à cette catégorie de la population de vivre normalement, comme tout le monde.

Tout ce mouvement a des conséquences dans le monde entier ! L’Europe est le premier territoire du monde à être vegan !

Ceci permet de donner accès à de la nourriture à 82%* des gens en situation de sous nutrition, qui vivaient dans des territoires de production céréalières à destination des animaux européens et américains, et qui aujourd’hui peuvent profiter de ces denrées.

D’ailleurs les américains sont également sur le point de devenir un territoire vegan. Les améliorations de santé ont permis d’économiser près de 2 milles milliards+ d’euros sur les 2,2 milles milliards* dépensés chaque année pour la santé.

Le bilan dans le monde est très positif : les guerres ne sont plus que marginales avec une baisse de près de 90%+ de tous les conflits armés.

L’eau et la nourriture étant plus abondantes, de nombreux conflits prennent fin ! La baisse de la demande en pétrole en est aussi un moindre facteur.

La reforestation mondiale commence à porter ses fruits et il n’existe plus aucun territoire ou pays subissant la déforestation.

Notons également la disparition des cirques et des zoos et leur remplacement respectivement par des cirques exclusivement humains et des instituts pédagogiques et d’apprentissage du monde sauvage.

 

La vision que je vous ai présentée ci-dessus n’est pas simplement un fragment de mon imagination, c’est une vision réaliste de ce à quoi un monde vegan ressemblerait. En effet, mes recherches m’ont mené à de nombreuses constatations et m’ont permis d’imaginer une vision réaliste (le choix des dates est opportuniste) qui a pour but de faire prendre conscience au plus grand nombre des enjeux et avantages d’un tel monde 😊

Pour que cette vision se transforme en réalité, il suffit d’une décision : adopter un mode de vie vegan. Un mode de vie meilleur pour la santé des humains, qui permet de mettre fin à l’exploitation animale et permet de réduire grandement la souffrance animale et permet de mettre fin aux principales causes de pollution présentes sur notre planète. Vous avez le choix d’avoir un impact positif et vertueux, pour vous, pour les animaux, pour les humains et pour la planète !

Merci pour votre lecture, en espérant vous avoir réjoui de ce monde à portée de bouchée 😉

Joachim