Un Noël vegan !

 

Durée d’écoute/lecture : 6 minutes

Si vous voulez écouter ce qui suit, je vous invite à découvrir une histoire d’un Noël vegan racontée ! Photos de cette belle journée en fin d’article.

 

Bonjour à tou.te.s ! En ce jour de Noël, je vais vous raconter une histoire. Celle d’un réveillon de Noël pas comme les autres… Pas comme les autres car sans souffrance animale ! Oui Oui, vous m’avez bien lu, un Noël 100% végétal. Comment est-ce arrivé ? Pour cela il faut remonter dans le temps, et je dirais que presque 2 ans c’est bien.

Tout commence donc un vendredi 20 janvier 2017, plus précisément, la semaine précédant cette date ! Ca fait tout juste 15 jours que je suis vegan (une jeune pousse dans le jargon végétal). Un client très satisfait d’une prestation nous laisse un pourboire pour aller manger au resto. J’ai donc la bonne idée d’aller réserver un resto… VEGAN ! Non mais quelle idée !! Mes parents, mon frère et sa copine, personne n’est vegan ! Bon ma mère est végétarienne depuis 6 mois, et ma copine à l’époque, depuis 15 jours également ! Rapport de force oblige (oui le rapport de force moral chez les vegans s’établit à 1 contre 50 !), je contacte le restaurant B12 à Toulouse.
Lorsque mon père apprend la nouvelle (un resto 100% végétal), sa réaction n’est autre que : « Oh non, au moins un truc végétarien quand même… ça va être fade… » (Oui mon père est irlandais !) Cette réaction me pousse donc à répondre à la question « Y-a-t-il des intolérances ? » de la restauratrice B12 au téléphone par l’affirmative – « Oui au véganisme ! »

Le contexte est donc placé ! Mon père est contre l’idée. Ma mère est en cheminement et commence d’or et déjà à préparer des plats vegans uniquement, elle faisant le choix du changement dans les semaines qui suivent… Ni une, ni deux, mon père choisit donc d’être végétarien en juin ! Ces amis voient chez lui un côté raisonné – « Végétarien oui, vegan quand même pas »… Or, alors qu’il a mangé 3 œufs en 2 mois, il décide en septembre de la même année de refuser (et non renoncer) tous les produits issus d’animaux. Il se rend compte de la position de leader (société patriarcale oblige) qu’il peut avoir et l’élément perturbateur et central pour le changement de mœurs qu’il représente pour ses amis qui sont autant de justification que les causes vegane et animaliste elles-mêmes ! Il se décide donc et aucun retour. en arrière depuis ! Il va même davantage de l’avant !

Noël 2017 se déroule bien. Se juxtapose préparation vegan (Diner de Noël) à côté du foie gras et du saumon préparé par nos hôtes. Saumon laissé quelque peu sur le banc de touche au profit de notre délicieux Wellington (Merci Lloyd Lang!) Alors, mon père, alors que nous sommes 10 autour de la table à se faire passer le fromage (pas pour nous cette fois-ci), s’exclame : « Allez, l’année prochaine, le repas de Noël sera entièrement végétarien ! ». Tout le monde acquiesce et continue de manger. Oui Lloyd Lang, ton Wellington est vraiment délicieux, une merveille !

Venant en à nos graines ! Cette année 2018, en novembre, notre amie (hôtesse l’année précédente) nous indique avoir commandé le chapon. Quelque peu déçu, nous choisissons de leur offrir le couvert chez nous. « Allez, on fait ça ! Bon on apporte la boisson (vins, bières jus de fruits) et un peu de fromage alors ? » Allez ! Nous sommes donc en route pour ce fameux Noël végétarien… Que nenni ! Il n’en sera rien !

Nous voilà donc arrivé le 24 décembre 2018 ! Et la journée commence fort et tôt ! Préparation du velouté topinambour – pommes de terre, suivi d’un travail acharné pour faire le Wellington (Merci Lloyd <3) – avant de s’attaquer à la purée de patates douces violettes et pommes de terre – Tout ceci en parallèle de la 50aine de meringue d’aquafaba qui ont été préparé.

Arrive donc nos ami.e.s, 9 personnes issues de 3 familles différentes, dont seulement 3 vegans. Oui, parmi le reste, 6 carnistes dont 2 en transition vers davantage de végétal ! Et le fromage est de la partie : Roquefort et Ossau (brebis basque) sont apporté et placé au réfrigérateur… d’ou ils ne sortiront jamais ! … Enfin si, ils sont ressortis et reparti avec nos ami.e.s à la fin de la soirée).

Ce noël n’est pas complètement zéro déchet, et se fait sous le signe de la cajou (rituel veganiste fort complexe, ou des noix de cajou sont traite à 4 heures du matin pour en retirer le liquide par broyage, avant une cruelle fermentation !) en faisant appel aux nouveaux affineurs (Albert & Germain), au Camenvert à l’ail noir, mais aussi au Faux Gras Gaia et au VEG’gras ! Et ça a marché ! Tout le monde autour de la table est bluffé ! « Whaou ! Ca a le goût d’un foie gras ou d’une mousse de canard, il ne manque que la texture ! – Vraiment excellent ! » « Les fromages sont excellents, surtout celui-ci (Albert) et le Camenvert. Je me verrais bien continuer à manger ça ! » – « Et ce plat est excellent, c’est délicieux et remplissant ! » → Personne ne reste sur sa faim !

Je vous le dis, je suis extrêmement fier du chemin parcouru en 1 an et demi. Noël est désormais (pour nous) une institution vegan qui ne cherche qu’à s’ancrer dans la durée ! Un ancrage qui sera de plus en plus fort, inéluctable ! Je suis également très fier de mes parents, pour leur choix, pour leur détermination d’aider la cause animaliste et vegan ! Fier d’eux pour partager autour d’eux cette joie de vivre nouvelle qu’ils ont reçu par cette prise de conscience fondamentale !

Alors, je vous le dis, merci ! Si vous l’imaginez, si vous pensez que ça peut se réaliser, alors ça se réalisera ! Je n’ai jamais eu la moindre crainte, le moindre doute (allez, peut être une fois !) que ce 24 décembre ne soit pas vegan. Il a été et bien au delà de mes attentes.

Pour vous remercier de votre patience, voici les photos du déroulement de la soirée ! Merci à eux, merci à nos ami.e.s pour cette soirée végétale, protectrice de la terre et des animaux !

« Ce sont les petites victoires, les victoires de tranchée qui permettent les grandes conquêtes. » – Joachim Grant

Merci à vous de m’avoir lu, joyeuses fêtes !

 

L’entrée : Salade et jeunes pousses accompagnés de
Faux-gras Gaia et VEG’Gras

Soupe : Velouté de topinambour & noisettes

Plat : Wellington avec du Gravy et purée de patates douces

Fromage : Plateau avec Les Nouveaux Affineurs (Albert & Germain), le Camenvert à l’ail noir et le Sheese Oignon frit

Dessert : Meringue sur bûche de coco accompagné de d’autres meringues !

Gourmandise : Rocher chocolat préparée par Solène (merci !)

A partir de l’année prochaine, sera créé une gamme de repas spéciaux – Grandes Occasions – pour que tout vegan puisse offrir le meilleur du meilleur à manger lorsqu’il est invité.

L’activité du soir ? Tous porter des cravates fantaisies que mon père portait réellement pour aller au travail !!

Belles fêtes à vous !

Joachim