Série Zéro Déchet : la cuisine

 

Durée de lecture : 10 minutes

Comment réduire ses déchets dans la cuisine ?

 

Avec cette série d’articles, nous avons à but de vous aider à réduire vos déchets de 374 kilos par an et par personne (moyenne française) à 1 kilo par personne, comme nous actuellement. Ah, et quel bonheur de ne plus avoir de poubelle !

Petit rappel des 5 principes du zéro déchet :

  • Refuser

C’est le cas notamment quand vous allez chez le boulanger, et qu’il vous enroule le pain dans du papier, les croissants dans des sachets et les chocolatines dans d’autres. Trois voir plus de sachets qui peuvent être remplacés par un contenant hermétique en verre pour les croissants et les chocolatines et prendre son pain directement dans le sac.

« Bonjour, est ce que je pourrais avoir un(e)… sans papier autour s’il vous plait. Merci ! ».

Il en est de même pour les produits à la coupe dans les centres commerciaux et chez le détaillant, il suffit de leur demander, et de refuser poliment le produit s’ils ne veulent pas vous le proposer sans emballage.

Astuce : garder toujours un petit sachet en coton dans votre sac, c’est toujours utile !

 

  • Réduire

C’est cuisiner tous les éléments d’un légume. Quand on consomme bio, on n’épluche plus, ni ses betteraves, ni ses carottes, mais on ne mange pas forcément les fanes de carottes ou de betterave. Il suffit de les cuisiner pour ne pas les jeter. On peut en faire un velouté comme on peut les manger en salade (après une légère cuisson).

Astuce : acheter bio réduit le temps passé à éplucher et permet de tout utiliser !

 

  • Réutiliser

C’est l’étape qui permet d’économiser le plus d’argent : toutes les conserves en verre peuvent être réutilisées, les bouteilles en plastique peuvent resservir pour créer des accessoires, conserver des plats (soupes et veloutés).

Ça consiste également à donner une deuxième vie à vos ‘déchets’.

Astuce : certaines personnes adorent changer l’usage d’un objet, il suffit de leur demander si elles sont intéressées, ou de chercher sur internet comment faire ! Vous pouvez donner vos objets sur Donnons.org.

 

  • Recycler

Il est important de recycler tous les objets qui le peuvent. Par exemple, pour les tissus et les torchons, il suffit de les déposer dans les caisses « relais ». Pour l’électronique, il existe également des associations qui revaloriseront l’ensemble des pièces pour en refaire des objets électronique.

Lorsque vous êtes dans votre centre commercial, il faut donc prioritariser les emballages recyclables (conserves en alu ou fer ou emballage plastique recyclable) avant, en dernier recours, de prendre un emballage non recyclable.

En général, très peu d’objets n’ont pour unique finalité la décharge (ou l’enfouissement).

Astuce : n’hésitez pas à regarder l’emballage avant achat pour constater le logo recyclage.

 

  • Composter

C’est la catégorie la plus explicite. Il est possible et recommandé de composter tous vos déchets organiques (à l’exception des restes de viande et de produits laitiers qui attirent les animaux, rongeurs et charognards, un autre avantage d’être végétalien 😉 ), mais aussi vos papiers bruns (tube de papier toilettes) et autres objets vendus comme compostables.

Astuces : certains jardins municipaux proposent des composteurs en accès libre (à Toulouse : jardins des plantes, grands ronds, …).

 

Faire le tri

 

Et oui, réduire c’est également faire le tri dans votre cuisine.. On ne vous parle pas de tri des ordures ménagères (tout le monde le fait de toute manière 😉), on parle du tri dans vos appareils et vos ustensiles de cuisine. Si certaines casseroles ont tendance à coller à chaque cuisson, si le téflon s’enlève, le mieux est d’investir dans des casseroles « zéro déchet ». Il est également important de faire un tour des ustensiles, des louches en plastique qui s’abîment et par conséquent mettent du plastique dans vos plats.

 

Comment choisir ce qu’il faut garder ? Ce qu’il faut donner ? Et en dernier recours, ce qu’il faudra éventuellement jeter ?

 

Utilisation d’énergie

 

Il est important de penser à comment utiliser l’électricité et l’eau des manières les plus efficaces. Quand le four est allumé, prévoir (si c’est possible d’y cuire plusieurs choses), d’utiliser l’eau de cuisson des légumineuses pour cuire des légumes ou des pâtes, voir du riz.

Par exemple, nous n’utilisons plus de frigo. Pour cela, il faut identifier les aliments qui nécessitent absolument une conservation au frais. Les produits nécessitant une conservation réfrigérée sont les produits d’origine animale et les produits transformés, que nous n’utilisons plus.

 

POUR ORGANISER

 

Pour commencer, l’essentiel réside dans une bonne organisation. Nous utilisons 5 contenants différents pour nous organiser.

3 de ces contenants servent à ranger la nourriture :

  • Les pots Simax (achetés à Ceci & Cela)

    Les 4 tailles de pot Simax : 0.4, 0.8, 1.4 et 1.8 litres
  • Les pots en verre que l’on achète et que l’on peut conserver

    Les pots Damiano à col droit sont très pratique (même circonférence que Simax)
  • Les bouteilles pour les liquides ou pour les huiles
Contenance de 0.5 et 0.75 litres

Nous utilisons des contenants hermétiques pour pouvoir ranger la nourriture que l’on cuisine. Nos contenants Ikea sont en verre et nous servent régulièrement quand on prend à emporter au resto (lorsqu’on achète des hot dogs végé, on amène notre contenant). Ils sont en verre et peuvent aller au four (photo ci-dessous), ce qui est très pratique !

Contenant hermétique Ikea Förtrolig : 0.4 litres, 17*23 cm et 23*31 cm

Les derniers contenants sont les sacs en tissus de coton bio. Ces sacs sont très résistants et permettent de tout transporter. On privilégie les aliments secs, les fruits, les légumes et les patates dans ces sacs-là. Pour ce qui est des aliments un peu gras, il suffit d’utiliser et de réutiliser des sacs en papier kraft.

Sac en coton bio (prendre une belle photo d’un sac, c’est compliqué)

Tout ceci présente de nombreux avantages mais également quelques inconvénients :

 

Avantages :

  • Propreté : aucuns grains de riz dans les placards, pas de farine ou de sucre qui sortent de leur emballage…
  • Quantité : grâce au vrac, on peut prendre la quantité que l’on désire.
  • Simplicité : quand on achète tout en denrées séchées, on ne porte plus autant de courses, comme c’est le cas notamment des briques de lait.
  • Esthétique : les pots sont beaux et c’est plus joli que les emballages.
  • Pour les fruits et légumes : comme tout va dans le grand sac à cabas (à l’exception des légumes sales, pommes de terre et carottes), il n’y a plus aucun sacs plastique ou papier, et cela fait gagner du temps quand on range tout.

Et l’avantage général : plus jamais besoin de sortir la poubelle qui sent !

 

Inconvénients :

  • Organisation : ça demande un peu de temps à mettre en place.
  • Transvaser : quand on remplit les pots avec les sachets, cela prend quelques secondes mais peut certes en embêter certains.
  • Choix : il arrive que certains produits ne soient pas (encore) disponible en vrac…
  • Distance : le vrac n’est pas toujours à côté dépendant d’où on habite.

 

POUR NETTOYER

 

Le zéro déchet a également pour avantage de vider considérablement vos placards ! Après une transition vers un zéro déchet ménager, on remarque l’absence de toutes substances dangereuses pour l’homme ou nocives pour l’environnement. On remarque également un gain de place substantiel.

L’ensemble se résume en 2 ingrédients au pouvoir lavant universel :

  • Le vinaigre blanc (2€20 le litre en vrac à Ceci & Cela)
  • Le bicarbonate de soude (3€40 le kilo en vrac à Ceci & Cela)

De plus pour la vaisselle, il existe :

  • Du liquide vaisselle en vrac (non corrosif) à Ceci & Cela
  • Des brosses à vaisselle
La panoplie pour la vaisselle et le ménage !

Pour nettoyer tout, on utilise un vaporisateur avec un mélange de base :

  • 250 ml d’eau
  • 60 ml de vinaigre blanc (4 cuillères à soupe)
  • Des pelures d’agrumes pour parfumer.

Concernant le rouleau d’essuie-tout, il peut aisément être remplacé par des serviettes de table individuelles, de jolies serviettes en tissus quand vous recevez des invités, ou également par des chiffons et des microfibres quand il s’agit de nettoyer ou d’essuyer la table !

Et pour le reste, il vous suffit de ressortir les chiffons et les tissus microfibres et tous les outils sont entre vos mains pour protéger l’eau et ne produire que des « déchets » compostables !

 

POUR CUISINER

 

Pour nous deux, acheter des ustensiles et du matériel de qualité a été une évidence. On a donc investi dans une casserole et plusieurs poêles :

  • Casserole Ikea Sensuell 5,5 L garantie 25 ans en acier inoxydable 18/10 (49 €), vendu avec couvercle. On va également en acheter une de 3 L.
  • 2 poêles en fer De Buyer série ‘Mineral B Element’, une poêle de 32 cm et une poêle paysanne de 24 cm, garantie à vie (49 € et 44 €).
    En changeant de poêle Tefal, de qualité moyenne, à 10/15 € (prix pour des poêles pas chères tous les 5 ans, en 40 ans ça coûte 80 à 120 € (« Un petit prix pour 2 ans d’utilisation intensive », argument marketing de Tefal pour l’une de ses poêles à 15 €, ce qui reviendrait à 300 €).

 

Poêles en fer de Buyer

Le fer et l’acier inoxydable 18/10 sont les meilleurs matériaux utilisables en cuisine. De plus ce sont les matières qui présentent les caractéristiques les plus saines pour la santé (aucune toxicité du fer ni de l’inox). Le fer est une matière à laquelle les aliments ne collent pas car elle se culotte avec le temps (dépôt fin associé à de l’huile).

Ces choix de casseroles et poêles se sont fait sur la base de plusieurs critères :

  • Sécurité alimentaire
  • Aspect pratique
  • Durabilité
  • Esthétique
  • Polyvalence (tout feu, dont induction)

Cependant ces poêles présentent 2 inconvénients :

  • Leur poids important
  • L’impossibilité de cuire des aliments acides (tomates et citron notamment), entraînant un déculottage de la poêle (il est cependant facile de la reculotter !)

De plus, la majorité de nos cuillères et spatules sont en bois ou en inox.

Remplacer des objets qui vieillissent mal est important, mais lorsqu’ils sont remplacés, le mieux est de prendre des objets qui dureront au moins 10 ans.

Utilisation des poêles :

Après chaque utilisation, pensez à nettoyer les poêles en fer SANS utiliser de liquide vaisselle ou de savon, en les grattant sous un filet d’eau chaude avant de les essuyer dans la foulée et les huiler.

Pour ré-huiler facilement les poêles, nous avons une bolinette (merci Astérix & Obélix et surtout NuméroBis) avec un peu d’huile à l’endroit ou on conserve nos poêles pour remettre une fine couche d’huile et les conserver de manière optimale ! Ca permet d’éviter l’apparition de rouille, l’huile étant hydrophobe.

POUR PREPARER

 

Nous avons investi dans plusieurs machines pour ne produire aucun déchet :

  • Machine à lait (Soyabella)

Elle permet de payer le litre de lait de soja bio sans sucre ni conservateurs ajoutés à 34 cents au lieu de 2€50 en moyenne

Concernant le lait de riz, c’est proche de 16 cents au lieu de 2 à 3€.

Pour les amandes, c’est un peu plus cher : 1,50€ au lieu de 3 à 4€, mais il y a plus d’amande dans notre lait.

Ceci n’inclut pas le prix de la machine, mais en comptant 2 utilisations par semaine pendant 5 ans, le prix de revient est de 30 centimes par litre de lait, si vous la gardez 10 ans, c’est 15 centimes et etc…

De plus, l’okara (reste du broyage des graines pour obtenir le lait) peut être utilisé pour préparer des gâteaux et des cakes.

  • Robot mixeur multifonction

Notre robot mixeur est un robot Bosch MCM68840. Les finitions sont en plastique dur et métal et il a une sécurité anti-déclenchement. C’est LE meilleur achat, avec la machine à lait, qui nous permet de faire des smoothies, veloutés, jus d’orange, houmous, crème végétale et steaks végétaux.

  • Moulin à épice

Le moulin est de la marque Moulinex (Dehli) et nous sert à faire le parmesan végétal, à mixer les oléagineux en poudre et à faire de la chapelure.

  • Extracteur de jus

L’extracteur de jus sert à faire des jus de pommes, chou, carottes, tomates et permet, contrairement à une centrifugeuse, de préserver les nutriments et vitamines. Le mieux est de choisir un extracteur lent (60 à 80 tours). Le nôtre est de la marque SilverCrest, mais n’est pas le meilleur du marché.

  • Filtre à eau

Le filtre à eau est le Doulton HCS INOX Supercarb (il existe un ultracarb pour tous les métaux lourds, les deux filtrant le plomb), qui change le goût de l’eau drastiquement. Cela change par conséquent le goût des laits végétaux qui ne goûtent plus le chlore !

Ces machines ne sont là qu’à titre d’exemple, le gage de qualité étant la durée de la garantie, mais aussi les caractéristiques et le prix.

On compte dédier un article à chaque machine dans un futur proche.

 

POUR MANGER

 

Pour nos achats de nourriture, nous allons à plusieurs endroits, même si certains se recoupent :

  • Ceci & Cela pour les légumineuses (achat tous les 2 mois), les farines, le sucre, certains féculents, certaines épices, les huiles et vinaigres (nourriture et entretien) et pour la bière consignée.
  • Biocoop pour les fruits et légumes, les céréales du petit déjeuner, le chocolat noir en pépites, les copeaux de noix de coco et les féculents
  • Le marché bio du capitole de Toulouse pour toutes les épices, les légumes, les fruits et le pain.
  • Le magasin bio La Fermière pour tous les oléagineux (un achat que l’on fait tous les 2 mois), car ils sont très bon marché.

 

Voici une carte référençant tous les magasins de vrac de France (cela n’inclut pas les Biocoop et autres magasins bio qui proposent un espace vrac au sein de leur magasin, mais des magasins 100% dédié au bio).

Carte des magasins de vrac

Concernant Day by Day, la première chaîne de vrac de France, nous n’avions pas eu une bonne première impression, du fait du manque de référence bio (1/3 de bio), du manque de produits locaux (1/4 des produits) et du suremballage de certains produits proposés (emballage individuel pour des Arlequins de Haribo « en vrac »).

Pour le reste, il suffit de demander quel type de contenant votre magasin de vrac reçoit, pour savoir s’ils ont une démarche zéro déchet.

Ceci & Cela s’efforce de réutiliser la majorité des emballages de leurs fournisseurs, ou utilise des caisses renvoyées ensuite aux fournisseurs. Concernant Biocoop, la majorité des produits en vrac est issus de grands sacs plastique (de 5 à 25 kilos) jetables. Certes c’est mieux, mais la démarche de Biocoop est avant tout une démarche bio et non zéro déchet.

 

On espère que cet article vous a apporté des renseignements et des conseils nouveaux dans votre démarche vers une vie sans déchet.

N’hésitez pas à laisser un commentaire !

L&J

  1. C’est un super article ! Je reviendrai m’y référer souvent ! A bientôt ! Juliette (~> j’espère que vos frawmages vous ont régalés ! 🙂