Série Zéro déchet : Mais ou trouve t-on du vrac à Toulouse ?

 

Durée de lecture : 4 minutes.

On nous parle de plus en plus de Zéro déchet. Or, les 2 catégories produisant le plus de déchets ménagers sont les déchets verts et les emballages.

D’après l’Ademe ils pèsent respectivement 100 kilos (25%) et 110 kilos (27%) des 390 kilos de déchets que nous produisons par personne chaque année en France. Ces deux catégories sont les plus faciles à réduire grâce à l’utilisation d’un composteur et à l’achat en vrac.

C’est pourquoi je souhaitais écrire un article pour vous indiquer ou l’on peut trouver du vrac, et quelles sont les grandes différences entre le vrac d’un magasin spécialisé, d’un magasin bio et d’un centre commercial.

Il est bien évidemment important d’utiliser sacs et contenants réutilisables, sans quoi les sacs papier Kraft servent de « nouveaux » emballages et deviennent vos déchets.

Avant de commencer, voici une carte non exhaustive des magasins de vrac en France : Acheter en vrac : la carte de France des épiceries qui font un carton.

 

Les magasins de vrac

Sans plus attendre, les enseignes vrac ! Il y en a 4 à Toulouse : 2 Ceci & Cela (rue Lormian Baour et aux Minimes)O Local Bio et Day By Day ! Ceci & Cela et O Local Bio proposent des produits similaires en ayant pour axe le local, majoritairement bio et proposent la totalité de leurs produits sans emballage non recyclables. Day by Day vise à démocratiser le vrac et propose donc 1/3 de produits bio et 2/3 de produits français. Le bémol ? Day by Day est une franchise, les produits alimentaires passent donc par la centrale d’achat (meilleur prix, mais transport accru), et cela limite également l’achat de produits locaux (Sud-Ouest) qui sont assez rares. Dans le même temps, Day By Day est l’un des seuls magasins de vrac, tout magasin confondu (voir suite de l’article), à indiquer la valeur nutritionnelle de la majorité de ces produits sur les bonbonnes.

Vrac de graines et légumineuses chez Ceci & Cela, 7 Rue Lormian Baour, Toulouse

Vous trouverez dans ces 4 enseignes des liquides en vrac (huile, vinaigre et sauce soja dépendant du magasin) ainsi qu’à la Biocoop Blagnac.

Ces magasins proposent des cosmétiques, des produits d’hygiène et d’entretien en vrac. Ceci & Cela (Minimes) et O Local Bio proposent également fruits et légumes.

Ceci & Cela et O Local Bio vous permettent de ne pas imprimer de ticket de caisse.

Ce sont des magasins de vrac qui visent à réutiliser certains des contenants apportés par les fournisseurs.

Ces magasins offrent la possibilité de tarer vos contenants, et proposent la plus grande variété de produits, gamme parfois très similaire à celles des magasins bio.

 

Les magasins bio

Suivent donc les magasins bio qui ont quasiment tous un rayon vrac. Les 16 Biocoop de Toulouse sont normalement toutes équipé de vrac (je me suis rendu dans 7 Biocoop, toute ont un rayon vrac plus ou moins grand). Les 3 Bio C Bon ont également un rayon vrac. Il en va de même pour les 3 magasins La Vie Claire, le magasin La Fermière, le magasin Paranatura à l’Union, les 2 magasins L’éthique verteles 2 magasins So Bioles 3 magasins L’Eau Vive (Sur la carte Maps : Cdef n’est pas un magasin bio) et le magasin La Marjolaine.

Les grandes différences entre ces magasins se ressentent dès l’entrée. Les Biocoop, un peu plus cher, ont une finalité d’éthique humaine marquée. De plus, lorsque j’évoquais le Zéro déchet, ils étaient souvent intéressé pour mettre en place certaines mesures.

La Fermière et l’Ethique verte Ramonville sont les seuls magasins à proposer du fauxmage en vrac. Les 2 biocoop où j’allais régulièrement y songeaient si plus de clients le souhaitaient.

Certains magasins vous proposent de tarer vos contenants, notamment Paranatura et Biocoop Jean Jaurès, cela reste encore marginal. Insistez si vous voulez pouvoir obtenir la tare à terme dans votre magasin.

L’eau Vive à Seysses est actuellement le seul magasin bio, à ma connaissance, à proposer de ne pas imprimer le ticket de caisse (en dessous de 20 €). Parlez-en avec vos commerçants pour que ceci soit un choix pour tous les clients et consommateurs.

De plus, certaines enseignes, notamment Paranatura et Biocoop (Trinité et Jean Jaurès mettent) mettent en évidence les sacs en coton bio réutilisables !

Pour finir, La Marjolaine propose 100% de produits bio, en grande partie de saison et local (moins de 8 kilomètres pour certains produits) et beaucoup de vrac. Est proposé, la tare et le pèse manuelle pour éviter les étiquettes !

Cependant, je suis déçu de plusieurs magasins qui ne prennent en compte aucune des indications qui leur sont faites. C’est notamment le cas de Bio C Bon qui, lorsque j’étais là, acceptait de réutiliser les sacs Kraft avant de le jeter à la poubelle quand j’étais sorti (merci à la grande baie vitrée). C’est également le cas de So Bio et de leur choix d’ignorer toute demande visant à apporter des changements (refus d’introduction de Faux mage en vrac, de margarine végétal sans huile de palme alors qu’il existe deux marques bio qui le font déjà, refus d’expliquer l’importance de la réutilisation des sacs en papier ou de mettre en évidence les sacs en coton).

 

Les centres commerciaux

Les centres commerciaux (type Carrefour et Leclerc) sont de plus en plus nombreux à opter pour un rayon vrac. La possibilité de tarer ces emballages y est exclus. Ce vrac est généralement le moins cher, peu souvent local et donc ne sera pas forcément soumis au mêmes normes de bio. Ce vrac est également source de déchets car le but premier de ce vrac est le profit. Cela produit tout de même moins de déchets. De même pour les produits bio, le vrac non local va souvent être soumis à d’autres normes, à moins qu’il y ait une charte d’engagement de l’enseigne et qu’elle soit respectée… ce qui est rarement le cas des grandes surfaces. Ce vrac est tout de même mieux que le même produit emballé… bien évidemment si vous choisissez d’utiliser un sac à vrac réutilisable !

Si vous avez des informations au sujet de d’autres magasins de vrac, je me ferais écho de ces informations et les ajouterai à cet article. Commentez et j’ajouterai !

Joachim

  1. bonjour, je suis fromagère au marché Victor Hugo, je ne propose malheureusement pas de fromages végan mais par contre je suis dans une démarche qui tend vers le zéro déchet et dans ce sens, j’accepte avec tout le plaisir du monde de servir les clients qui viennent avec leurs propres contenants. Je suis moi même dans cette d »marche pour mes courses personnelles et de plus en plus de commercants du marché victor hugo (la nouvelle vague dirons nous 🙂 ) accepte de vous servir dans ces contenants. merci pour ce bel article.

  2. Bonjour Emilie, merci pour votre commentaire ! Vous faites bien de l’indiquer, je vais ajouter la catégorie « marché » dans cet article et expliquer comment demander aux commerçants d’utiliser les contenants apportés par les consommateurs.

    Je vous invite à faire des expérimentations de créations et d’essais de fromages vegan, surtout car ils sont délicieux (pour la plupart), mais aussi car ils ont un impact environnemental très faible (jusqu’à 10 à 15 fois moindre en comparaison aux fromages animaux) et sont sans exploitation animale 🙂